La Fédération nationale de la Mutualité française et le mouvement mutualiste

Par Sud Mutualité - 2/07/2005

Présentation de la Fédération nationale de la Mutualité française et du mouvement mutualiste

La FNMF regroupe quasiment toutes les mutuelles dites "loi 45" en France (à ne pas confondre avec les assurances comme Axa ou les mutuelles d’assurances comme la Maaf, la Macif ou la Matmut). Les mutuelles ont pour mission essentielle de gérer des garanties complémentaires santé, couvrant les dépenses non remboursées par la Sécurité sociale.

Certaines le font pour des particuliers, d’autres pour les salariés d’entreprises, d’autres enfin pour des corps de profession (mutuelles de fonctionnaires, type MGEN, ou de travailleurs indépendants).

Certaines mutuelles de fonctionnaires ou de travailleurs indépendants (artisans, professions libérales) vont même jusqu’à gérer le régime de Sécurité sociale de leurs adhérents en tant qu’organismes conventionnés.

A ces activités de base s’en rajoutent d’autres : produits de prévoyance (assurance vie, décès, invalidité, etc.), d’assistance, centres de soins, aide sociale, etc.

La FNMF est une fédération, présidée par Jean-Pierre Davant depuis 1992. Comme toute fédération, elle est très structurée : unions nationales fédérant tel ou tel type de mutuelles ou d’organismes, unions régionales et départementales fédérant toutes les mutuelles adhérentes d’une région ou d’un département. Toutes ces unions sont représentées au conseil d’administration. Certaines mutuelles, essentiellement des mutuelles de fonctionnaires, ont un statut national et siègent à part entière au conseil d’administration.

La FNMF représente ses mutuelles adhérentes, joue une rôle de lobbying. Les activités de son siège social sont multiples : information des groupements par divers supports de presse, communication vers l’extérieur, formation des élus mutualistes, veille juridique, services logistiques, conception d’outils informatiques, élaboration de stratégies et de réseaux en santé, partenariats avec les professionnels de santé, plus divers services de conseils aux groupements.

Jusqu’au début des années 2000, la FNMF était une entreprise privée unique, avec un seul directeur général, une mutuelle d’entreprise et entre 700 et 800 salariés. Ces dernières années, elle a éclaté en plusieurs entités spécialisées dans un secteur d’activité, réunies au sein d’un groupe "Mutualité française" et d’une unité économique et sociale. Ces entités sont :
- la FNMF, qui continue d’assumer le rôle de fédération avec les missions correspondantes
- l’UNPMF, qui gère toutes les activités de prévoyance
- le SFG, qui gère un fonds de garantie national pour les mutuelles
- l’UNRMF, devenue depuis Mutré Union, spécialisée dans la réassurance
- le GPMF, qui regroupait tout le personnel au début de la réorganisation et qui ne comprend plus aujourd’hui que le personnel des services comptables, logistiques, informatiques et des ressources humaines.

La FNMF a également profité de cette réorganisation pour se débarasser d’activités jugées non rentables ou trop écartées de son "coeur de métier" : un centre d’aide par le travail et un organisme conventionné gérant la Sécurité sociale des professions libérales.
Le groupe Mutualité française emploie aujourd’hui environ 750 salariés, avec une majorité de cadres. Les plus gros employeurs sont la FNMF, l’UNPMF et le GPMF. Les métiers représentés sont multiples : du journaliste au gestionnaire prestations en passant par l’analyste informatique ou le formateur.

Les perspectives

Depuis 1992 et l’élaboration de directives européennes sur les assurances, la survie du statut propre aux mutuelles est menacée. Organismes à but non lucratif, les mutuelles bénéficient de certains avantages fiscaux et mélangent activités d’assurances et activités sanitaires et sociales.
C’est ce que remettent en cause les directives qui exigent des mutuelles qu’elles séparent leur réalisations sanitaires et sociales de leurs activités proprement assurantielles, en santé comme en prévoyance. Concernant ces dernières, les nouvelles normes de prudence au niveau financier imposent aux mutuelles de se regrouper, de fusionner et de rentrer de plus en plus dans le jeu concurrentiel.

Ces changements se sont faits au détriment de l’emploi, des salaires, des conditions de travail. Entrepreneurs dits "sociaux", les mutualistes ont présenté l’addition aux salariés, ceux-ci servant de varaible d’ajustement comme d’habitude. De nombreuses créations de GIE avec externalisation d’activités, regroupements de mutuelles avec plan social se sont succédés ces dernières années. Y compris dans des mutuelles qui affichent de bons résultats.

Une branche professionnelle existe depuis 2000, suite à la signature d’un convention collective élargie. Là aussi, les négociations salariales prennent la même tournure qu’ailleurs : le minimum en collectif et développement des augmentations individuelles, au mérite.

Dans ce climat détérioré, les centrales syndicales apparaissent en retrait. Elles ont toutes des intérêts communs avec la mutualité. De nombreux responsables mutualistes sont d’anciens ou d’actuels syndicalistes. La CFDT et la FNMF partagent la majorité de gestion au niveau de la Caisse nationale d’assurance maladie. La CGT, très présente au sein de la fédération des mutuelles de France(adhérente à la FNMF), suit le mouvement.

Pour l’instant, Les syndicats Sud ne participent aux négiciations de branche. Nous sommes trop peu nombreux. Outre notre syndicat Sud Mutualité, présent seulement au siège de la FNMF et dans une union départementale (celle du Doubs), il existe un syndicat Sud à la MGEN, Mutuelle générale de l’Education nationale (mutuelle nationale adhérente à la FNMF), et un autre à Myriade (mutuelle interprofessionnelle adhérente de la FNMF).

Pour nous contacter
SUD Mutualité
c/o Stéphane Vincent
32, rue de la République
93100 Montreuil-sous-Bois
Tél. : 01 40 43 34 97 ou 01 48 51 31 06
sudmutualite@sud-protectionsociale.org

- SUD Protection Sociale -